Vosne-Romanée

« La perle de la Côte » (sic.)

église vosne

  Ce petit village de 386 habitants jouit d'une réputation ancestrale. C'est le village des superlatifs

« Il n'y a pas de vin commun à Vosne » écrivait l'Abbé COUTEPEE en 1774Gaston ROUPNEL écrivain bourguignon, tout aussi dithyrambique écrivait en 1936 : « VOSNE la perle de la Côte. La Bourgogne n'a rien fait de mieux que ce petit coin où elle a réuni ses enchantements et mis dans ses vins la générosité tendre de son génie »

L'Abbé KRAU, qui fut curé du village pendant 35 ans, n'hésitait pas à proclamer de son côté, dans son célèbre sermon « le vin dans la Bible »en 1939 : « nulle part la vigne est mieux cultivée qu'ici, les vignerons plus intelligemment passionnés par leur travail, ni le vin à la fois plus délicat et plus robuste » Cette réputation est fondée sur son histoire religieuse. Celle-ci est écrite par les Moines de l'Abbaye de Saint Vivant de VERGY et les Cisterciens de CITEAUX.

L'Eglise sous le vocable de SAINT MARTIN renferme deux éléments du XVIIIe siècle classés au titre des monuments historiques :
-de beaux lambris de demi-revêtement
-une cloche de 1740

cloche Vosne

Elle donne «  une impression de beauté et d'éternité:la beauté de cette église imprégnée de simplicité ; l'éternité de son architecture. »(cf la monographie SAINT-MARTIN VOSNE-ROMANEE éditée par l'Association Traditions Vosnières en vente à l'Office de Tourisme de NUITS SAINT GEORGES)

Il existe de nombreuses maisons chargées d'histoire: le vendangeoir des moines de SAINT VIVANT, une maison à galerie du début du XVIe siècle, le château propriété de la famille LIGER-BELAIR, la maison   de Judes LEGRAND Maréchal de camp de NAPOLEON , celle de Barthélémy TROUVÉ Conseiller du Roi au Parlement de BOURGOGNE ou encore celle d'Etienne CAMUZET Député de la Côte d'Or.

 

Deux grandes figures de la vie chrétienne ont marqué le village de leur empreinte 

Le Chanoine KRAU qui arriva dans la paroisse le 7 mars 1919 et y resta jusqu'à sa mort le 25 01 1954.C'était un personnage. « ..il avait l'allure d'un prophète chanoine krau 800x600mystique avec une longue barbe et des traits assez graves....Ancien professeur du petit séminaire diocésain ,il avait ouvert à VOSNE une sorte d'école privée dans laquelle il enseignait le latin, le grec et le français ...Remarquable prédicateur il rédige ses sermons en tirant sur sa pipe ; les apprend, les récite devant une glace dans son grenier et en fait profiter ses paroissiens « jamais plus de dix minutes de parole conseille-t-il car il faut savoir résister à la concupiscence de la chaire.. »(La Romanée-Conti Jean Francois BAZIN)

 

 

Dom TROUVÉ (1711-1797) élu en 1748 Abbé Général de CITEAUX à l'âge de 37 ans

Il entreprend un grand projet architectural : la destruction d’une partie des bâtiments conventuels et leur reconstruction au goût du jour, en style classique. Mais la Révolution interrompt les constructions et chasse les moines de l’abbaye. Il aurait rapporté à VOSNE les lambris de la Salle du Chapitre de l'Abbaye de CITEAUX. Dom TROUVÉ se réfugie chez son neveu à VOSNE où il meurt en 1797dom trouvé

 

 

 

 

 

 

 

 


Actualités de la paroisse

Messe d'action de grâce pour les fruits de la terre

SAM 2556

Bénédiction des cartables : 24 septembre 2017

Les messes de rentrée pour les familles ont été célébrées le dimanche 24 septembre dans les paroisses de Gevrey-Chambertin, Gilly-les-Cîteaux et L'Etang-Vergy. Avant l'envoi des catéchistes, les prêtres ont béni les cartables des écoliers. Le p. Louis de Raynal revient sur cette cérémonie peu commune.

Bénir les cartables, est-ce une première pour votre paroisse ?

« C’est la troisième fois que nous faisons cette bénédiction à la paroisse. Les enfants viennent à la messe avec leurs cartables, certains pesant assez lourds ! Déposer son cartable c’est confier son année, son travail, ses joies et ses difficultés au Seigneur. C’est lui demander de nous aider. A la fin de la messe, bénédiction des enfants avec leurs cartables qui soudain semblaient plus légers ! Beaucoup plus qu’un "grigri", cette bénédiction est une grâce de l’Esprit Saint dont les fruits sont la force, la paix et la confiance. »

Pourquoi bénir un cartable ?

« Parce qu’ils représentent une part importante de la vie des enfants, jeunes, étudiants… Ils sont le symbole du travail qu’ils doivent accomplir pour devenir adultes. Or, tout doit être pour l’enfant, comme pour tout homme, une occasion de sanctification. Jésus l’a Lui-même vécu, au temps de son enfance. Nous aurions beaucoup à recevoir également des exemples de nombreux saints, Dominique Savio et tant d’autres. On peut faire beaucoup de choses avec un cartable et surtout avec ce qu’il contient : le meilleur (chercher la vérité, apprendre le goût de l’effort, avoir le désir de progresser) comme le moins bon (tomber dans la paresse, être jaloux du succès des autres, s’enorgueillir de ses réussites). En d’autres termes, le cartable peut être l’instrument d’un combat spirituel. La bénédiction veut nous aider à la mener avec foi et avec courage, et à en sortir vainqueur. »

Quelques anecdotes sur cette bénédiction de cartables ?

« Capucine est venue avec quatre sacs : sac de classe, sac de sport, sac de musique et sac de caté ! Amandine, elle, a laissé son cartable à la maison, il pesait 15 kg ! »

Propos reccueillis par Nicolas ROUILLARD

Veillée mariale à Chambolle : 31 mai

   Chambolle1   Chambolle4       Chambolle3

Le mercredi 31 mai, une soixantaine de personnes sont venues à la veillée mariale dans la combe de Chambolle-Musigny. Ils représentaient les paroisses de Nuits-saint-Georges, l’Etang-Vergy, Gevrey-Chambertin et Gilly-lès-Cîteaux. Malgré la pluie, les fidèles ont participé activement à la veillée ! J’ai entendu autour de moi : « On s’en souviendra ! » Oui, on se souvient encore aujourd’hui de cette veillée ardente et émouvante. Surtout, Marie était émue par l’amour de ses enfants venus prier avec elle. La statue, nouvellement installée, a été bénie sous le nom de « Notre Dame du Campus Ebolliens »*. Après la veillée, on pouvait venir se recueillir dans la chapelle éclairée par des bougies tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Cette veillée restera dans les cœurs comme une ouverture à la tendresse de Marie : elle veut combler ses enfants des grâces qu’elle reçoit du Père de Miséricorde par son Fils Jésus.                                                                          Père Vincent NGUYEN

*Le nom de la commune vient de "Campus Ebolliens" ou "Champ Bouillant", ce qui décrit la vivacité du ruisseau le "Grône" qui traverse la commune après les orages. En 1110, la commune est connue sous le nom de "Cambolla".